« Concentre-toi sur le fait de devenir la seule capitaine de ta propre vie »

Evguénia Naoumova
partage sa philosophie de travail et sa vision du monde

« Cette charmante jeune femme a vendu plus de produits dans l’histoire de notre entreprise que tous les hommes actuellement en poste réunis »

C’est ainsi qu’Eugène Kaspersky a présenté Evguénia Naoumova, désormais vice-présidente du réseau commercial international, qui a débuté son aventure dans l’entreprise il y a plus de dix ans. Depuis, elle est devenue l’une de ses leaders les plus remarquables. Avec une large expertise dans le domaine des ventes, Evguénia a obtenu des résultats incroyables (et durables) dans son travail. Ici, elle nous partage ses secrets, ses défis et ses passions.

Evguénia Naoumova a multiplié les ventes des produits d’entreprise Kaspersky...

...par 20

lorsqu’elle était au poste de directrice des ventes en Russie.

Depuis l’enfance, mes grands principes ont toujours été : « Je veux, et je peux »

Il est très important d’avoir des rêves, des souhaits, des buts dans la vie et de les accomplir. Par exemple, tout au long de ma scolarité et de mes études, je voulais avoir les meilleures notes et je les ai eues. Plus tard, je voulais obtenir un travail ou obtenir un poste haut placé, réaliser une grosse vente ou améliorer les performances de mon entreprise… Et tout cela, je l’ai fait.

 

Au fur et à mesure que vous développez vos qualités émotionnelles et intellectuelles, vous pouvez commencer à emmener les autres sur le chemin de leurs objectifs. J’essaye toujours de prendre le temps de remarquer et d’apprécier l’unicité de chaque personne, et d’utiliser cette connaissance dans mes interactions avec chacun. En remarquant ce qui rend chaque individu unique, j’arrive à tirer le meilleur de tous. De temps en temps, je peux attirer leur attention vers des sujets en particulier, mettre en valeur leurs résultats, leurs talents et capacités pour leur dire qu’ils sont appréciés et reconnus dans l’équipe. Je m’occupe de la direction, et je suis attentive à leurs besoins et leur situation : je suis toujours prête à leur apporter des conseils et du soutien dans leurs choix de carrière.

 

Je suis vraiment heureuse lorsque je vois des équipes et leurs membres battre de nouveaux records, et quand des systèmes que j’ai aidé à élaborer fonctionnent comme prévu. Une équipe mature, c’est les yeux et les mains de son directeur. Pendant toutes ces années, mes équipes ont atteint les meilleurs niveaux d’avancée et de promotion interne. À mesure que j’ai progressé dans la hiérarchie et obtenu de nouveaux territoires sous ma responsabilité, j’ai conservé mes collaborateurs des postes précédents dans mon équipe, sachant qu’ils étaient les meilleurs candidats aux postes.

 

Pour réussir, l’encadrement nécessite une capacité et une passion pour le travail accompli, et de savoir écarter les limites et les obstacles à cette réussite. Je suis très endurante, j’ai l’habitude de travailler dur et de ne jamais baisser les bras, deux qualités que j’ai développées durant mon enfance. Si je dois faire une chose 10 fois, je la ferai 10 fois. Quand j’étais petite, j’avais des difficultés à me concentrer, et je mettais beaucoup de temps à terminer mes devoirs de lecture. Néanmoins, j’avais des notes remarquables et j’étais félicitée par mes enseignants pour mon attitude positive.

« Evguénia fait partie des meilleurs leaders que j’ai rencontrés, et je suis très heureux d’avoir travaillé sous sa direction. Grâce à elle, beaucoup de très grands professionnels sur le marché ont grandi en partant de rien. »

Un ancien membre de son équipe sur LinkedIn

J’ai eu la chance d’avoir un père qui m’a beaucoup soutenu. Il était assez strict, mais d’un autre côté très souple et il a fait beaucoup d’exception à la « règle » pour moi. Il me disait toujours que j’étais exceptionnelle… Que je pouvais réussir tout ce que je voulais. Et aujourd’hui j’ai un master en management, un MBA en management stratégique de l’université Kingston ainsi qu’un doctorat en sciences économiques.

Quand je suis arrivée de ma petite ville russe de Dimitrovgrad à Moscou, j’étais très frustrée de ne connaître personne. Même dans ma ville natale, j’étais un peu timide et pas toujours très à l’aise ni en confiance pour communiquer. Mais j’ai décidé de surmonter cette faiblesse et de commencer à développer mon sens de la communication ainsi que des qualités comme l’ouverture d’esprit, le sérieux et la loyauté. Je me suis fixée pour but de sortir de l’université avec un diplôme rouge (avec les notes maximales) sans jamais avoir recours à l’apprentissage par cœur (et sans utiliser non plus de moyens malhonnêtes!). À la place, j’ai décidé de donner une bonne impression à mes professeurs et de montrer que j’étais digne des meilleures notes. Et j’ai réussi! En plus, j’ai gardé des relations personnelles très amicales et j’ai plusieurs projets en cours avec certains d’entre eux. Une fois que j’ai développé cette capacité à convaincre et à mettre les inconnus à l’aise, cela m’a aidé à construire un réseau en mettant en relation des personnes avec d’autres. Aussi, quand je suis arrivée à Moscou, mon oncle m’a dit d’apprendre l’anglais. Il me disait : « ça te servira plus tard » La chose amusante, c’est qu’il ne parlait pas anglais, mais intérieurement, j’ai eu le réflexe de suivre son conseil. Et cela a été mon billet d’entrée dans la vie et pour une carrière dans une entreprise internationale!

« Cette charmante jeune femme a vendu plus de produits dans l’histoire de notre entreprise que tous les hommes actuellement en poste réunis »

– Eugène Kaspersky

J‘ai rejoint l’équipe Kaspersky en 2011. Je me souviens de ma première participation à une réunion d’entreprise à Kaspersky. C’était une table ronde de 200 personnes où nous parlions de nos meilleures affaires. J’étais une novice, et en plus de cela une femme novice. Je me souviens d’avoir ressenti un certain degré de scepticisme de la part de quelques participants dans la salle. Néanmoins, quand c’était mon tour de donner un compte rendu, j’ai parlé de mes résultats avec une des plus grandes entreprises pétrolières et gazières de Russie. Elle faisait partie de la liste Fortune 500 et sous ma direction, elle avait récemment quitté un concurrent pour nos produits. J’ai cité une phrase de l’un de ses dirigeants : « Peu importe l’antivirus, du moment que c’est un Kaspersky », un signe clair que nous avions gagné non seulement leur confiance, mais aussi que nous avions atteint leurs normes d’entreprise. Il y a eu un silence dans la salle et j’ai compris que j’avais fait bonne impression! Cela a été validé par Eugène Kaspersky en personne lors du séminaire suivant, qui a dit : « cette charmante jeune femme a vendu plus de produits dans l’histoire de notre entreprise que tous les hommes actuellement en poste réunis ». J’avais gagné le respect de mes collègues.

Lorsque vous offrez le meilleur de vous même aux autres, que vous les aidez dans leur propre intérêt à devenir professionnels, vous créez des relations basées sur l’attention à l’autre, la loyauté et la confiance.

Depuis, ma carrière a progressé, j’ai commencé par nouer des liens professionnels avec des standardistes d’entreprises du Fortune 500, aujourd’hui je dirige plusieurs équipes pour offrir une sécurité très haut de gamme aux plus grandes multinationales. Mon chemin est passé par des interactions et des négociations avec beaucoup de personnes différentes.

Un de mes responsables est venu me voir un jour pour me demander pourquoi je ne me suis jamais plaint d’un collègue particulièrement difficile, chose que d’autres collègues avaient faite. J’ai répondu que je n’avais pas peur des discussions et des rapports conflictuels, car je m’en servais pour tirer des enseignements et gagner en expérience. Ceux qui se rendent au lieu d’essayer ne peuvent pas devenir des grands leaders, et j’étais prête à saisir toutes les opportunités pour réussir.

Dans la vie j’ai deux devises.
La première est :  « Ce qui existe, nous pouvons l’atteindre, ce qui n’existe pas, nous pouvons le créer. » Ma deuxième devise, je l’ai prise à George Santayana : « Ce qui est difficile, c’est ce qui peut être terminé tout de suite, l’impossible est ce qui prend plus de temps. » Tous les obstacles ou les difficultés sont des opportunités.

Evguénia Naoumova et ses collègues lors d’un voyage sur la péninsule de Kola.

Ma fierté, c’est d’être à l’aise avec les personnes et de savoir reconnaître le potentiel chez les autres, de cette manière on peut offrir à chaque membre de l’équipe un poste adapté à ses capacités. En identifiant les points forts de chacun et en leur donnant la possibilité de les mettre en pratique, les individus et les équipes vont (rapidement) fournir un travail de qualité, volontaire et efficace. Lorsque vous offrez le meilleur de vous même aux autres, que vous les aidez dans leur propre intérêt à devenir professionnels, vous créez des relations basées sur l’attention à l’autre, la loyauté et la confiance.

Une équipe est comme un organisme vivant, et comme tout organisme, elle peut être en bonne santé et épanouie… Ou l’inverse. En ce qui concerne les différences hommes-femmes, de nombreuses études les démontrent dans le style de leadership et de management. Mais personnellement, je veux souligner ma conviction que les hommes et les femmes sont complémentaires au travail.
Par exemple, Kaspersky est flexible. Nous sommes une entreprise avant-gardiste et nous soutenons nos employés peu importe leur sexe. Je suis un exemple de cette approche et nos réussites parlent d’elles mêmes. Mais je n’aurais pas pu réussir beaucoup de choses sans une équipe de vente mixte. Les hommes ont leur propres expériences sociales et les femmes ont les leurs. Et pour une industrie avec un besoin incessant d’idées nouvelles, il est logique de faire appel à un champ de perspectives le plus large possible. Les entreprises ne peuvent que profiter d’une diversité dans leur personnel.

Mon management s’appuie sur six piliers : du coeur, une communication directe et ouverte (basée sur une écoute et une observation active), une influence motivante et inspirante, un travail irréprochable, une approche communicative avec les personnes et sentir l’instant. Ce dernier point signifie savoir trouver le bon moment et le bon endroit pour diverses tâches : à quel moment s’adresser à un client, un partenaire, un employé ou un directeur haut placé. C’est aussi un sens que l’on peut développer en écoutant sa voix intérieure et son instinct.

Tous les jours, je remporte des victoires personnelles, petites ou grandes. Et je suis toujours prête à affronter des missions compliquées quelles qu’elles soient : communiquer avec le haut de la direction, des membres du gouvernement, à persuader un étranger de me rendre mon portable oublié dans les transports en commun, à dénicher la perle rare dans mon équipe et l’accompagner jusqu’à une promotion, à faire des recherches pour mettre au point des bonnes idées et des plans pour les affaires…
Gagner, accomplir et mériter : c’est mon mode de vie!

Empower women